Go Top

Des rampes d’accès en Lego à Lausanne

Mardi 23.11.2021

La salle du Conseil communal de Lausanne est désormais équipée d’une rampe d’accès amovible originale et colorée, qui donne une deuxième vie aux petites briques en plastique.

RampToGo Lausanne 400© RampToGo

C’est une rampe pour le moins originale qui autorise désormais l’accès des personnes à mobilité réduite dans la salle du Conseil communal de Lausanne. Réalisée en cinq jours avec 16 kilos de Lego, cette construction a été menée par l’association Ramptogo. Cette rampe est la troisième réalisée par l’Association dans la capitale vaudoise, après l’une déposée au seuil d’une boutique du Boulevard de Grancy et l’autre à l’entrée d’un café du centre-ville.

Il y a quelques mois, un appel avait été lancé pour offrir une deuxième vie à ces petites briques multicolores. La récolte se poursuit d’ailleurs : à Lausanne, tous types de Lego peuvent être déposés dans les ludothèques Pinocchio et de Chailly, à la bibliothèque jeunesse de l’Avenue d’Echallens, ainsi qu’au Bureau lausannois pour les familles. D’autres points de collecte existent, notamment à Yverdon-les-Bains et à Vevey.

Double objectif

Fondée par deux étudiantes de l’Université de Lausanne, l’objectif de l’association Ramptogo est double. Dans un premier temps, il ambitionne de faciliter l’accès des personnes à mobilité réduite aux lieux qui leur sont interdits en raison de contraintes architecturales. Plus largement, il permet également de sensibiliser la population aux nombreuses inégalités qui persistent dans les espaces publics.

L’idée leur a été inspirée par Lego-Oma, une femme allemande se déplaçant elle-même en chaise roulante et qui a déjà construit une soixantine de rampes d’accès en Lego.

(NIB avec Ville de Lausanne et Ramptogo)

Voir la page Facebook de Ramptogo

L'affiche de la semaine

Dernier article

Aider la prise de décisions anticipées
Jeudi 02.12.2021
Par Anca-Cristina Sterie, Francesca Bosisio et Daniela Ritzenthaler
Une nouvelle démarche en Suisse romande permet d’aborder les questions liées aux soins futurs avant que la santé des patient·e·s ne se dégrade. Les défis sont à la fois éthiques et conversationnels.