Go Top

A Nyon, le triathlon est inclusif

Vendredi 30.07.2021

Le 7 août, la manifestation sportive de la Côte propose une catégorie en groupe avec de petites distances. En outre, l'ensemble des catégories est ouvert aux personnes en situation de handicap.

triathlon nyon 400© Triathlon de Nyon

C’est la dernière minute pour annoncer un groupe de la catégorie « Team famille » au triathlon de Nyon du 7 août prochain. C’est en effet aujourd’hui, 30 juillet, que Special Olympics Switzerland clôt ces inscriptions. Pour toutes les autres catégories, les inscriptions sont possibles auprès de l'organisation de la manifestation jusqu’à 45 minutes avant le départ, sous réserve des places disponibles.

Ce triathlon nyonnais se veut inclusif. Il comporte donc une catégorie « Team famille », qui propose de concourir en groupe de deux à cinq participant·e·s (dès 5 ans). Chacun·e s’adonne à une, deux ou trois disciplines (à choix) avec l’ensemble du groupe. Pour la natation, les 50 mètres peuvent être effectués avec un accessoire flottant, des palmes, des lunettes, un masque, ou un tuba. Un tandem, un vélo à main, un vélo avec remorque ou un vélo ordinaire peut être utilisé pour couvrir les deux kilomètres de bicyclette. Outre de manière classique, le kilomètre de course peut être parcouru en joëlette ou en fauteuil roulant, électrique ou poussé par un tiers. Le classement de cette catégorie est défini par tirage au sort.

A noter que le triathlon de Nyon ouvre l’ensemble de ses catégories aux personnes en situation de handicap et à besoins spécifiques. Toutes les courses peuvent être parcourues de manière inclusive, en individuel ou en relais et avec les adaptations nécessaires à chacun·e.

Ls courses sont visibles sur le site du triathlon de Nyon.

(croc / Special Olympics Switzerland)

Lien pour s’inscrire à la caétgorie « Team famille »

 

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Seniors: se sentir chez soi en logement protégé
Jeudi 16.09.2021
Par Marion Droz Mendelzweig et Maria Grazia Bedin
Pour qu’ici soit chez moi : la théorie de la régulation, particulièrement éprouvée durant le semi-confinement lié à la pandémie de coronavirus, contribue à expliquer le sentiment du chez soi en logement protégé.