Go Top

Jura: une exposition questionne racisme et préjugés

Jeudi 25.03.2021

Venue du Musée de l'Homme, à Paris, « Nous et les autres, des préjugés au racisme » met en scène une approche globale des phénomènes de racialisation et de racisme.

semaine actions racisme 170

Après Paris et New York, l’exposition « Nous et les autres : des préjugés au racisme » prend ses quartiers dans le canton du Jura. Conçue par le Musée de l’Homme à Paris, elle plonge les visiteurs·ses au cœur d’enjeux sociétaux actuels, en les mettant face à certaines de ses représentations. S’appuyant sur les découvertes les plus récentes de la biologie et des sciences humaines et sociales, elle permet de décrypter les phénomènes de racialisation et de démontrer comment et pourquoi le racisme est une construction sociale. L’exposition initiale est montée dans une version plus courte, mais complétée par un état des lieux du contexte suisse et jurassien.

Composée de rolls-up, bornes tactiles et courts-métrages sur écrans de télévision, cette manifestation est destinée aux écoles des secondaires I et II dans les trois districts jurassiens, jusqu'à la fin du mois de mai 2021. Ce sont donc près de 1'500 élèves, étudiant·e·s et apprenti·e·s qui bénéficieront de visites guidées, offertes par le Bureau de l’intégration du Canton du Jura. La présentation de cette exposition s'inscrit dans le cadre de la Semaine d'action contre le racisme.

« Nous et les autres : des préjugés au racisme » sera reconduite et ouverte au public dès que la situation sanitaire le permettra.

Page de l’exposition sur le site du Musée de l’Homme à Paris

Page du Bureau de l'intégration des étrangers et de la lutte contre le racisme du Canton du Jura

Lire aussi:

Mondher Kilani, «L’expression du racisme dans une société démocratique», REISO, Revue d'information sociale, mis en ligne le 11 avril 2019.

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Ecrire son mal-être pour sortir de sa bulle
Lundi 12.04.2021
Par Natasha Gautier, Anne Edan et Ludovic Bornand
Coucher sa détresse sur le papier puis lire son texte à voix haute, en groupe, peut aider les adolescent·e·s aux idées suicidaires à contrer leur sentiment de solitude. Deux participantes à l’atelier d’écriture de MALATAVIE se livrent.