Go Top

Publication / Les parents ignorent souvent les drogues consommées par leurs ados

Mardi 21.03.2017

Mon ado et les substances

Le point de vue des parents sur la consommation d’alcool, de tabac et de cannabis à l’adolescence. Rapport d’enquête, FEGPA, FVA et CIPRET-Genève, 33 pages.

L’objectif principal de cette nouvelle enquête, menée par la FEGPA, la FVA (Fondation vaudoise contre l’alcoolisme) et le CIPRET-Genève dans le canton de Genève et la ville de Lausanne, était de comparer les perceptions et les attitudes des parents concernant l’usage d’alcool, de tabac et de cannabis à l’adolescence.

Au départ, plusieurs questionnements :
- Les parents communiquent-ils de la même manière avec leurs ados au sujet de ces trois substances ?
- Ont-ils une tolérance différenciée vis-à-vis de l’usage d’alcool, de tabac et de cannabis à l’adolescence ?
- Quelle évaluation font-ils de la consommation d’alcool, de tabac et de cannabis de leur ado ?

A l’arrivée, plusieurs constats :
- Les parents interrogent peu leurs ados sur ce qu’ils consomment. Mais ils sont conscients qu’il est de leur devoir de mettre en garde les ados sur la consommation de ces substances.
- Les parents sont plus permissifs vis-vis de l’alcool et du tabac que du cannabis. Celui-ci est perçu comme plus dangereux mais c’est la substance pour laquelle ils questionnent le moins leurs ados.
- Les parents sous-évaluent la consommation de leurs ados : cette enquête confirme ce que plusieurs études démontrent déjà, à savoir que les parents n’ont pas toujours une perception réaliste de la consommation de substances de leurs enfants. Cette sous-estimation est particulièrement marquée pour l’alcool et le tabac.

Cette enquête doit nous permettre d’orienter nos actions de prévention. Il apparaît toujours primordial de continuer à informer les parents sur les dangers de la consommation précoce des ces produits par les ados. Il s’agit aussi de les renforcer dans leurs compétences afin de pouvoir parler plus concrètement des risques liés à ces substances et de mettre ainsi des limites claires à leurs enfants.

L’étude en format pdf

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

La douleur chez la personne âgée
Jeudi 12.12.2019
Par Carla Gomes da Rocha
Elle est souvent mal évaluée et insuffisamment traitée. La douleur n’est pourtant pas une fatalité de l’âge ! Une évaluation globale et un plan de soins coordonnés par l’infirmière peut améliorer tant l’état de santé que l’autonomie de la personne.