Go Top

Des cours de français pour les allophones à Genève

Vendredi 18.12.2020

Malgré le semi-confinement, la Fondation pour la formation des adultes à Genève (Ifage) a réussi à poursuivre son rôle de formation. Surtout à distance et parfois en présence, notamment pour les allophones.

Logo Ifage 2020

Alors qu’au printemps 2020, le nombre de sessions de cours avait été réduit à environ 900 par mois, ce sont 1756 sessions qui ont pu avoir lieu via écran en novembre. Depuis la première vague, l’Ifage a organisé des formations spécifiques à l’enseignement distanciel et 222 collaborateur·trice·s sur 350 sont désormais à l’aise avec les nouvelles méthodes numériques.

Fin octobre 2020, le Conseil fédéral a autorisé des activités didactiques pour lesquelles la présence sur place des élèves est indispensable. Le maintien en présentiel d’une partie des cours de français a ainsi permis à des allophones et à des personnes mal équipées de suivre leur formation. Pour les personnes arrivées récemment à Genève, en attente d’un renouvellement de permis de travail, de séjour, ou d’une certification en vue d’un emploi, les formations de français répondent à une nécessité socio-professionnelle. Une attestation de compétences linguistiques FIDE est par exemple nécessaire dans le cadre d’une naturalisation ordinaire. Ce processus exige un niveau B1 à l’oral et A1 à l’écrit. La continuation de cours en présentiel a donc joué un rôle crucial pour ce groupe.

L’Ifage contribue au développement des compétences des particuliers et professionnels en phase avec les besoins du marché de l’emploi, tant actuels que du futur. Créée en 1998 par la fusion des Cours commerciaux (CCG) et des Cours industriels (CIG), elle est depuis 2000 une fondation de droit privé à but non lucratif, reconnue d’utilité publique.

Source: Ifage

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Projet participatif pour une nouvelle Constitution
Jeudi 08.04.2021
Par Nicole Langenegger Roux et Audrey Monbaron-Nendaz
Mille enfants et adolescent·e·s valaisan·ne·s ont participé à la révision de la Constitution de leur canton. Loin d’être un exercice alibi, le processus a débouché sur de multiples propositions concrètes.