Go Top

Journée internationale de l’alphabétisation

Mardi 08.09.2020

Simplement Mieux

La Fédération suisse Lire et Ecrire demande davantage de moyens financiers pour l’encouragement des compétences de base en Suisse. Elle lance aussi une campagne d’information sur l’illettrisme.

Le 8 septembre est la Journée internationale de l’alphabétisation. En Suisse, près de 800 000 adultes rencontrent des difficultés dans le domaine de la lecture et de l’écriture, dont 400 000 ont du mal à résoudre un problème de calcul simple. Les nouveaux défis liés à la numérisation s’ajoutent à ces difficultés. La crise du Covid-19 est venue renforcer leur vulnérabilité, particulièrement pour les parents ayant des lacunes en compétences de base qui se sont retrouvés démunis pour apporter un soutien suffisant à leurs enfants avec l’école à distance.

À partir de 2021, la Confédération allouera près de 42 millions de francs, au lieu de 15 millions jusqu’à présent, aux cantons afin d’encourager les compétences de base.

La Fédération suisse Lire et Ecrire a formulé des recommandations en vue du développement de ce domaine de formation. Elle préconise en particulier d’étoffer l’offre de cours, de proposer dans l’idéal la gratuité des cours et d’encourager une approche pluridisciplinaire.

En collaboration avec la Conférence intercantonale de la formation continue, elle relance la campagne de sensibilisation nationale « Simplement mieux ! ». Cette campagne cofinancée par de nombreux cantons a pour but de sensibiliser l’opinion publique et de motiver les personnes concernées à participer à une formation dans le domaine des compétences de base. Les personnes intéressées peuvent visiter le site www.simplement-mieux.ch  pour consulter l’offre de cours dans leur région ou appeler la hotline gratuite au 0800 47 47 47 pour bénéficier de conseils et de renseignements personnalisés.

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Confinement et violences ne font pas bon ménage
Jeudi 03.12.2020
Par Aurélie Landry, Noémie Haenni et Myriame Zufferey
En période de semi-confinement, les femmes victimes de violences domestiques ont été confrontées à un double défi. Quelle priorité choisir pour préserver sa survie et celle de ses enfants ? Expériences vécues dans la région biennoise.