Go Top

Lecture / « Quand l’alimentation pose problème » de Sophie Vust

Vendredi 06.07.2012

Quand l’alimentation pose problème. Ni anorexie, ni boulimie : les troubles alimentaires atypiques

de Sophie Vust, Editions Médecine & Hygiène, Genève, 2012, 166 pages.

JPEG - 9.4 ko

De nos jours, de plus en plus de jeunes filles et jeunes femmes voient leur existence envahie de préoccupations concernant l’alimentation, le poids et l’apparence. En lutte perpétuelle avec la nourriture et leur corps, elles ne sont pourtant ni franchement anorexiques ni franchement boulimiques ; souvent minces, parfois en surpoids, éventuellement obèses, elles présentent ce qu’il est convenu d’appeler un trouble alimentaire atypique.

Or, si l’on parle souvent des troubles alimentaires dits typiques que sont la boulimie et l’anorexie, les troubles alimentaires atypiques restent quant à eux relativement peu étudiés, surtout dans la littérature francophone. Ils représentent pourtant la majorité des demandes dans les consultations pour troubles alimentaires, concernent une grande proportion de la population non-consultante et constituent un enjeu de santé publique prioritaire ; ils n’en demeurent pas moins trop peu connus et trop souvent banalisés.

Après une partie théorique succincte, le présent livre, issu d’une thèse en psychologie, donne la parole à des jeunes femmes ayant souffert de ces troubles et qui, après avoir participé à un groupe thérapeutique, ont accepté de livrer leurs témoignages. Cet ouvrage se veut « passeur » et « rapporteur » de ce que vivent ces jeunes filles, ce vécu complexe que l’on ignore fondamentalement et que le travail avec les patientes tend à méconnaître lorsqu’il s’intéresse davantage à leurs symptômes qu’à leur récit de vie.

Sophie Vust est psychologue-cadre à l’Unité multidisciplinaire de santé des adolescents (UMSA) du CHUV.

Médecine et Hygiène

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?