Go Top

Appel – Pas de retour à la rue après le confinement!

Mardi 19.05.2020

Sleep In Enseigne

L’association Sleep-in, qui gère un hébergement d’accueil d’urgence à Lausanne pour les personnes sans-abri, lance un appel soutenu par 212 institutions, associations, partis politiques, bénéficiaires des structures et citoyen·ne·s lausannois·e·s. Cet appel demande le maintien de 212 lits pour les personnes sans-abri tout au long de l’année à Lausanne.

Afin de faire face aux dangers de propagation du coronavirus, le nombre de lits dans les hébergements d’urgence lausannois a été augmenté à 212 lits. Deux nouvelles structures ont été ouvertes afin de respecter les mesures de distanciation sociale requises et de permettre à toutes les personnes sans-abri d’avoir un lit et de rester à l’intérieur. Ces structures devraient fermer leurs portes entre fin mai et mi-juin.

Cette adaptation révèle une nouvelle fois un constat alarmant : le nombre de places dans les hébergements d’urgence est largement insuffisant en région lausannoise. De mai à novembre, seulement 57 lits sont habituellement proposés à Lausanne entre le Sleep-in et la Marmotte. Durant l’hiver, plus de lits sont proposées, ainsi qu’un accueil non dormant au Répit.

L’association Sleep-in a dénoncé à plusieurs reprises le manque de places dans les hébergements d’urgence et le triste sort des personnes qui s’y voient refuser l’accès. Ces personnes sont contraint.e.s de dormir dehors, ce qui peut avoir des répercussions physiques et psychologiques graves sur un individu. Par ailleurs, dormir dehors est interdit par la loi et cela contribue à criminaliser encore et toujours plus la précarité.

La crise du Covid-19 aura obligé le dispositif d’hébergement d’urgence à s’adapter et à proposer un lit à chaque personne sans domicile fixe. La fermeture des structures et la diminution du nombre de lits renverront brutalement ces personnes vers une vie toujours plus précaire.

Cet appel est destiné à Rebecca Ruiz, cheffe du Département de la santé et de l'action sociale, et au Conseil d’Etat vaudois. Il leur demande de tout mettre en œuvre pour que les 212 lits qui ont été assurés durant la période du coronavirus puissent être maintenus tout au long de l’année, et répondre ainsi au besoin réel de la population sans-abri en région lausannoise. Il est soutenu notamment par la Fondation Mère Sofia, Médecins du Monde Suisse, la Ligue suisse des droits de l'Homme Section vaudoise, le CSP Vaud, Fleur de Pavé, La Maraude ainsi que plusieurs partis politiques.


NDLR du 26 mai 2020. Suite à la réponse de Rebecca Ruiz dans les médias, l'Association lui a répondu dans une lettre ouverte. «Bien que le manque d'hébergements d'urgence soit irréfutable, ce n'est pas une fatalité. Vu du terrain, l’heure n’est plus à l’évaluation des besoins, mais à offrir des solutions.» La lettre ouverte en format pdf.

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Dialogue entre Bourdieu et l’épidémiologie sociale
Jeudi 28.05.2020
Par Philippe Longchamp
La «misère de position» a été définie en 1993. Cette notion converge avec les recherches actuelles d’épidémiologie sociale qui étudient les inégalités. Un dialogue interdisciplinaire en résultera-t-il ? Il pourrait s’avérer fécond.