Go Top

Le magazine «humains» sur l’alimentation

Jeudi 23.01.2020

Après le thème de la solitude, «humains» consacre son deuxième numéro à l’alimentation. Une revue différente des autres, avec des textes originaux et des images étonnantes.

humains 2 2019 2020

Dans ce deuxième numéro, «humains» évoque le gourmand et la gourmande qui sommeille en nous. Le premier article est consacré au NID, une épicerie participative à Genève qui explique comment l’équilibre économique et l’ouverture sur la communauté participent au sentiment de manger sain.

L’alimentation «en pleine conscience» fait l’objet d’une immersion intrigante dans le cours «med’Eat». Que l’on peut prononcer comme «médite» ! Il propose donc de ne plus manger en mode automatique, mais en pleine conscience, d’être attentif à ce que nous mangeons et de ne pas manger trop vite, ou trop. Texte de Louis Viladent, avec des dessins d’Elorri Charriton.

Dans «Le temps se gâte pour le sucre», nous apprenons que, entre 1850 et 2014, la consommation moyenne de sucre par habitant et par année en Suisse est passée de 3 kg à 39 kg selon Agristat. Quant à la dopamine, une des hormones responsables de la sensation de plaisir, elle est fortement stimulée par… le sucre justement.

«humains» donne également un éclairage zen où l’on apprend que l’amer, l’acide, le doux, le piquant et le salé ne sont pas les seules saveurs nécessaires au corps. Il y a aussi le «fade». Vous en doutez ?

Doutiez-vous aussi que 90% de la sérotonine, ce neurotransmetteur impliqué dans la gestion des bonnes et des mauvaises humeurs des êtres vivants, est produite dans le ventre ? Souhaitez-vous une belle citation sur la madeleine de Proust ou une autre de «Charlie et la Chocolaterie» ?

Marylou Rey


Revue gratuite diffusée dans des EMS et Centres de santé à Genève ou à commander par mail ou par téléphone +41 79 269 39 18

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Le village expérimente «la cuisine maison chez…»
Lundi 26.10.2020
Par C. Palazzo-Crettol et S. Mettan
Des repas intergénérationnels ont été organisés dans trois communes alpines valaisannes. L’animation socioculturelle de ces soupers collectifs a réservé des surprises gourmandes. Elle a aussi confirmé le traditionnel dévouement des femmes.