Go Top

Soutenir les personnes endeuillées

Jeudi 07.03.2019
  • Date et horaire : mardi 7 et mercredi 8 mai 2019
  • Lieu : Fribourg, HETS-FR - Mozaïk - rte des Arsenaux 16a
  • Entrée libre
  • Inscription en ligne

La Haute école de travail social HETS-FR organise deux événements et une exposition autour de la thématique du deuil et du soutien aux personnes endeuillées.


Deuil HETS FRCafé-deuil

Lancés en Suisse romande par Rosette Poletti et Bernard Crettaz, les cafés-deuil se veulent des espaces où les personnes touchées par un deuil proche ou éloigné peuvent se réunir pour parler de leur vécu et partager tout ce qui touche à leur rapport à la mort. Ces rencontres se veulent des espaces d'échanges pour permettre aux participant-e-s de ne pas se sentir seul-e-s et de recevoir quelques clefs pour comprendre le deuil et avancer sur le chemin de la reconstruction de soi après la perte. Animé par

  • Rosette Poletti, docteure en sciences de l'éducation, psychothérapeute, « grief counselor »
  • Nicoletta Mena, professeure à la Haute école de travail social Fribourg  
  • Daniel Ruchat, responsable et animateur des cafés-deuil auprès de l'Association Vivre son Deuil Suisse


Demi-journée d’étude

Le lendemain 8 mai 2019, demi-journée d'étude : «Les professionnel-le-s face au deuil». Avec Alix Noble Burnand et trois ateliers.


Exposition

L’exposition « Le deuil d’un enfant éphémère »
 est prévue pour accompagner les deux événements. Perdre un enfant durant la grossesse, à l’accouchement ou peu après... Le vide est immense, la douleur indicible. Chacune, chacun traverse cette épreuve déchirante différemment et à son rythme. Une exposition photos retrace ce cheminement à la HETS-FR. Organisation: Association Hommes et Culture, Marie-José Auderset. Du 6 au 24 mai 2019.

 

En savoir plus

 

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Renoncement aux soins et petits arrangements
Lundi 25.03.2019
Par Blaise Guinchard et al.
Autonomisés et responsabilisés dans leurs choix de santé, les individus sont parfois contraints à renoncer à des soins. Ce phénomène prend de l’ampleur dans le canton de Vaud et nécessite une prise de conscience politique.