Go Top

Inscription au Congrès international sur travail social et accélération

Mercredi 12.09.2018
  • Dates : 12-13 septembre 2018
  • Lieu : Lausanne, Haute école de travail social et de la santé · EESP
  • Inscription en ligne jusqu'au 31 août

TS Acceleration
Le 4e Congrès international de la Société suisse de travail social (SSTS) a pour thème : «Travail social et parcours de vie sous le signe de l'accélération». Il porte sur les métamorphoses du travail social dans une société marquée par l’accélération sociale et technologique liée à la concurrence débridée caractéristique du capitalisme contemporain.

L’incertitude des institutions sociales et politiques, des relations familiales et d’emploi contribue à amener davantage de vulnérabilité dans les parcours de vie. L’augmentation des inégalités produit une intensification des rythmes de vie des personnes en emploi, mais également le désœuvrement de celles et ceux qui sont exclus du marché du travail.

Comment cela affecte-t-il les institutions et les individus? Comment le travail social se transforme-t-il en regard de ces mutations? Le Congrès aborde cette thématique autour de trois axes :

  1. Accélération et politiques sociales
  2. Penser le travail social en fonction des parcours de vie
  3. Multiplication des acteurs et actrices et reconfigurations de l’intervention sociale


Comité d'organisation

  • Isabelle Csupor, Valérie Hugentobler, Pascal-Eric Gaberel, Morgane Kuehni, Mauro Mercolli, Jean-Pierre Tabin (HES-SO // HETS&Sa | EESP | Lausanne)
  • Laurence Bachmann, Francis Loser (HES-SO // HETS-Genève)
  • Jean-François Bickel (HES-SO // HETS-Fribourg)
  • Barbara Waldis (HES-SO Valais)
  • Spartaco Greppi (SIPSI)
  • Jean-Michel Bonvin, Pascal Maeder, Dario Spini (LIVES)


Contact

  • Khadija Hemma, Project Coordinator (HES-SO // HETS&Sa | EESP | Lausanne)


Programme et inscription

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?