Go Top

Programme des Journées de la schizophrénie à Neuchâtel

Lundi 19.03.2018

Journees Schizophrenie NEA l’occasion de la quinzième édition des Journées de la schizophrénie, sur le thème «On a tous un côté décalé», le Centre neuchâtelois de psychiatrie (CNP) annonce un programme de conférences et d’animations. En collaboration avec l’Association neuchâteloise d’accueil et d’action psychiatrique (ANAAP), l’Association de familles et amis de personnes souffrant de schizophrénie (AFS) et le Foyer du Parc.


Lundi 19 mars 2018: CNP - Site de Préfagier

  • 13h30 - 14h30 Salle des Fêtes - Conférence: La ou les schizophrénies : un enjeu pour l’intégration suivie de 15 à 20’ de questions-réponses. Par Prof Rey-Bellet, médecin-chef de département, CNP. AFS, ANAAP, Foyer du Parc. Dr Olaf Makaci (Neuchâtel)
  • 15h00 - 17h00 Salle des Fêtes - Spectacle avec la chorale Astelle Sound System : L’intégration en couleurs. Chorale Astelle Sound System (CNP)
  • 14h30 - 17h00 Cour d’honneur - Stands d’information.
Vente de pâtisseries, boissons et objets artisanaux. Ateliers Astelle (CNP), Foyer de La Tène (CNP), La Capsule (CNP) Chorale Astelle Sound System (CNP), AFS, ANAAP, Foyer du Parc


Mardi 20 mars 2018: Bibliothèque de Fleurier

  • 18h30 - 19h30 Lecture, quizz et débat. ANAAP en collaboration avec le CNP, le Foyer du Parc et l’AFS


Mercredi 21 mars 2018: CNP - Site de Perreux

  • 19h00 - 21h00 Pavillon Borel - Spectacle avec la chorale Astelle Sound System : L’intégration en couleurs
suivi d’une vente de pâtisseries, boissons et objets artisanaux. Chorale Astelle Sound System (CNP)


Vendredi 23 mars 2018: Migros de Fleurier

  • 08h00 - 12h00 Stand d’information. Foyer du Parc en collaboration avec l’AFS, l’ANAAP et le CNP


Site du CNP

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

La nourriture et les circuits de la récompense
Lundi 06.04.2020
Par Dayana Jaramillo Loaiza et Zoltan Pataky
Face à un aliment sucré ou riche en graisse, les circuits de la récompense s’activent dans notre cerveau. Les études basées sur les imageries fonctionnelles montrent que les personnes obèses et non-obèses ne réagissent pas de la même façon.