Go Top

Droit pénal: les apports de la justice restaurative

Lundi 05.02.2018
  • «Mettre l’humain au centre du droit pénal: les apports de la justice restaurative»
  • Nicolas Queloz, Catherine Jaccottet Tissot, Nils Kapferer, Marco Mona (éds), Schulthess Editions romandes, février 2018, 133 pages.

Justice RestaurativeLa justice restaurative œuvre à la réparation des liens endommagés par l’infraction. C’est une justice de responsabilisation et d’inclusion qui prend le contre-pied des politiques du tout sécuritaire.

Ses défenseurs, tant juristes que criminologues, psychologues ou travailleurs sociaux, sont de plus en plus nombreux.

Le présent ouvrage constitue la synthèse de la première Journée de Justice restaurative organisée à l’Université de Fribourg en février 2017 par le Département de droit pénal et la Section suisse de la Commission Internationale de juristes.

Il soulève des questions fondamentales de société et de justice et s’adresse à toute personne préoccupée par l’orientation des politiques criminelles, la résolution des conflits et la défense des victimes.


Éditeurs :

  • Nicolas Queloz, Dr h.c., professeur de droit pénal et de criminologie à la Faculté de droit de l’Université de Fribourg (Suisse)
  • Catherine Jaccottet Tissot, docteure en droit, membre honoraire de l’Ordre des avocats vaudois, médiatrice
  • Nils Kapferer, licencié en lettres et en droit, postgrade en relations internationales (IUHEID), doctorant en droit et sociologie
  • Marco Mona, Dr h.c., docteur en droit, avocat, vice-président de la section suisse de la Commission internationale de juristes


Sur ce sujet important, lire : Catherine Jaccottet Tissot et Pascale Haldimann, «Une justice restaurative pour aider les victimes», REISO, Revue d'information sociale, mis en ligne le 5 février 2018.

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Les espaces de démocratie participative
Jeudi 14.02.2019
Par Solange Kronneberg
Au niveau local, comment fonctionnent les espaces de démocratie participative ? Peuvent-ils représenter la population concernée ? Quelles personnes en sont exclues ? L’expérience d’une assemblée de quartier à Genève.