Go Top

Hommage à Janine Resplendino

Mercredi 29.11.2017

Janine ResplandinoJanine Resplendino, disparue si prématurément, femme politiquement engagée qui a présidé le Conseil communal de Lausanne, a aussi été une personnalité marquante du domaine sanitaire. Infirmière et licenciée en sciences politiques, elle a été infirmière scolaire, puis est entrée au Service de la santé publique ; j’ai alors eu le privilège durant des années de bénéficier de sa solide, dynamique, toujours stimulante, collaboration. D’une efficacité étonnante, elle savait entre autres talents cultiver des alliances quand nécessaire - et c’est très souvent nécessaire en santé publique. Notre équipe était formée de professionnels qui, vraiment, savaient pourquoi ils travaillaient, à savoir - en toute humilité - la promotion de la meilleure santé de nos concitoyens. Nous avons œuvré pour ces grands domaines de préoccupation et d’action qu’ont été dans les décennies récentes le sida, la toxicomanie, diverses formes de prévention, l’éducation à la santé - y compris en matière de sexualité.

Elle avait le cœur à gauche mais son engagement n’était jamais agressif ni polémique, elle voulait le bien commun, réduire les inégalités. A sa retraite récente, elle avait logiquement été sollicitée dans le milieu associatif. Entre autres, elle avait rejoint le comité d’Appartenances et avait fait profiter de ses compétences cette association, qui œuvre à aider des personnes migrantes dans leur vie (parfois leur survie) dans notre pays. Elle s’est acquis plein de mérites au service de la santé des Vaudois(es). C’est le cœur vraiment lourd que nous lui disons adieu.

Dr Jean Martin, ancien médecin cantonal, Echandens

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

La contraception masculine: ça fait mâle?
Jeudi 21.01.2021
Par Valentine Schmidhauser et Angélick Schweizer
En Suisse, bien que la contraception soit majoritairement assumée par les femmes, cela ne signifie pas que les hommes en soient désinvestis. Les intérêts de la pharma et, surtout, les représentations de genre expliquent ces blocages.