Go Top

Appel à soutien / « Itinéraires entrecoupés », de Ghislaine Heger

Lundi 16.01.2017

Plus que quelques jours pour participer au projet « Itinéraires entrecoupés ».

JPEG - 7.9 ko

Les itinéraires dont parle ce projet ont été entrecoupés par des accidents de la vie. Les personnes qui ont témoigné ont 19, 36, 45, 51, 63 ans… Chacune a son histoire : un licenciement, un accident médical hors mandat, un divorce, une enfance tourmentée ou une situation professionnelle instable. Dans une période de grande vulnérabilité psychologique, s’inscrire à l’aide sociale est une double peine : non seulement il faut désormais se mettre à nu face aux conseillers, mais en plus appréhender le regard des autres qui définissent par principe qu’il n’y a que des fainéants et des abuseurs de l’aide sociale. Mais qu’en sait-on vraiment ? Qui sont ces gens ?

Nous leur avons demandé de raconter leur histoire. Tous ont aussi accepté d’être pris en photo, chez eux, dans leur environnement quotidien.

Le projet « Itinéraires entrecoupés » tente de poser un regard humain sur le système. Il est important d’ouvrir le dialogue et de donner la parole à ceux qui se sentent brisés par la vie et par le regard des autres. Ils et elles pourraient être nous. Nous pourrions être eux.

Soutenir le projet. Plus de deux ans de recherches ont été nécessaires pour parvenir à rencontrer les personnes qui ont accepté de témoigner et se faire prendre en photo. Aujourd’hui, le souhait est de concrétiser ce travail par un livre et une exposition itinérante. nous passons dans la phase de concrétisation : la composition du livre (écriture des textes, lithographie des photos, graphisme). Chaque contribution de votre part permet d’avancer un peu plus vers l’aboutissement de cette aventure. Alors ?

Rendez-vous sur cette page de la plateforme WeMakeIt

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?