Go Top

Sept jours pour mieux comprendre le cerveau

Mardi 07.03.2023

Du 13 au 18 mars, une semaine spéciale est dédiée à cet organe indispensable. Tour d’horizon des activités prévues.

semaine cerveau 2023 170© https://wp.unil.ch/lasemaineducerveau/Chaque année, au mois de mars, plusieurs villes de Suisse proposent un événement tout public baptisé « La semaine du cerveau ». Ateliers, conférences, forums et autres activités sont proposés pour les enfants et les adultes.

À Lausanne, au CHUV, un forum public s’intéresse au cerveau du nouveau-né en détresse (le 14 mars). La veille, un autre explore le thème de l’alimentation et du lien entre intestin et cerveau. Toute la semaine est ainsi rythmée par des activités sur différentes thématiques. Par ailleurs, une exposition au Musée de la Main de Lausanne s’intéresse à l’intelligence artificielle.

À Genève, les hallucinations sont décryptées le mercredi 15 à l’Université de Genève. « Les hallucinations ne sont pas seulement associées à différents troubles psychiques mais elles peuvent également faire partie de l’expérience des personnes sans trouble psychique. Aujourd’hui, on considère qu’il existe un continuum des expériences hallucinatoires avec des différences de qualité, d’intensité et d’impact sur la vie quotidienne. Ce concept a modifié les approches thérapeutiques qui incluent aujourd’hui entre autres, la médication et la psychothérapie », peut-on lire dans la présentation de la conférence qui sera donnée par le Prof. Stefan Kaiser sur les hallucinations dans les troubles psychiques.

À l'Université de Fribourg, deux conférences publiques sont proposées. L’une sur l’AVC : comment le reconnaître, le traiter et le prévenir (14 mars) ; l’autre sur la maturation cérébrale à l’adolescence (16 mars). Sion, Berne, Aarau, Zurich, Lugano et Bâle proposent aussi un programme riche et intéressant.

(YT)

En savoir plus

L'affiche de la semaine

Dernier article

L’adaptation forcée de l’animation socioculturelle
Lundi 15.04.2024
Par Guillaume Dafflon
Durant la pandémie de Covid-19, les centres d’animation socioculturelle ont déployé des mesures inédites pour rester en lien avec leur public. Les analyser montre les capacités d’adaptation des professionnel·les du travail social.