Go Top

Mai 2015 : Détour dans les bibliothèques

JPEG - 19.5 ko

Patrick Landmann
Tous hyperactifs ? : l’incroyable épidémie de troubles de l’attention
Paris : Albin Michel, 2015

Après les enfants « hyperactifs », ce sont maintenant les adultes stressés, distraits, débordés ou débordant d’activités qui souffriraient de TDAH : « trouble déficit de l’attention, avec ou sans hyperactivité ». Or ce trouble est considéré comme un problème important de santé publique par les uns, comme une fausse épidémie par d’autres - et comme une catastrophe par ceux qui s’élèvent contre la prescription associée de dérivés d’amphétamine dont on ignore les effets à long terme.

Président d’Initiative pour une clinique du sujet, Stop DSM, et membre d’Espace analytique, le Dr Patrick Landman, psychiatre et psychanalyste, interroge la place des experts et des classifications, le rôle des médicaments et leur mésusage. Mais aussi, au cœur des débats entre les nouveaux acteurs du diagnostic, l’influence du discours des neurosciences sur les politiques publiques.

Pour voir clair dans une polémique qui intéresse les professionnels de l’enfance, les parents, les associations d’usagers, les acteurs de la santé mentale et tous les citoyens, puisque le TDAH concerne désormais enfants et adultes.



JPEG - 16.3 ko

Carol Allain
Génération Z : les rois de l’hyperconnexion
Montréal : Les Productions Carol Allain, 2014

Aveuglée par l’émotion, emprisonnée dans son univers virtuel, la génération Z vit à l’ère de l’hyperconnexion et ne peut déjà concevoir le monde autrement. Sa vie réelle est presque exclusivement formatée à partir de sa vie numérique. Chaque jour, chaque minute, chaque seconde, elle espère pouvoir monter sur scène, être vue, applaudie, reconnue. En fait, toute son existence tourne autour de cette idée : être populaire, signe indéniable de cette reconnaissance tant recherchée. Elle en fera sa joie première et son plus grand espoir. Car ce qui compte désormais pour elle, c’est cette impérieuse nécessité : « Pourvu que l’on se distingue des autres ». Dotée d’un esprit libre, imaginatif et sans frontières, elle pourra faire différemment, actrice du monde en marche qu’elle façonnera à sa manière. Aussi éduquée que les générations précédentes (X et Y) mais moins nombreuse que celles-ci, son haut niveau d’employabilité la promet à un brillant avenir, dans l’entreprise comme dans la société, et l’aidera à surmonter les contrecoups d’une mondialisation sans frein.

Dans cet essai incisif, Carol Allain vise à dénoncer le processus de séduction, accentué par la présence envahissante du numérique, qui empêche la génération Z de vivre dans la réalité. Que signifie la réalité ? L’effort, la discipline, la volonté. Il est encore temps de réagir, et surtout, d’agir !



JPEG - 19.7 ko

Sherry Turkle
Seuls ensemble de plus en plus de technologies, de moins en moins de relations humaines
Paris : L’Echappée, 2015

Comment les nouvelles technologies ont-elles redessiné le paysage de nos vies affectives et de notre intimité ? Telle est la question centrale de Seuls ensemble. Pour y répondre, l’anthropologue Sherry Turkle a étudié pendant quinze ans nos relations avec les objets technologiques.

Elle a observé chez les utilisateurs de robots de compagnie une tendance à les considérer comme vivants et à se laisser duper par leurs réactions préprogrammées. Un nouveau fantasme est ainsi en train d’émerger, où des substituts technologiques, sûrs et sans surprises, pourraient bientôt remplacer les relations interpersonnelles, éprouvantes et imparfaites.

Elle a constaté qu’une dynamique similaire était à l’œuvre dans nos rapports aux nouvelles technologies en général. L’ultra-connectivité s’accompagne de comportements compulsifs qui mettent en péril les bienfaits d’une certaine solitude, nécessaire à la construction de soi. Ses enquêtes sur les adolescents révèlent leur dépendance accrue aux smartphones et leur tendance à préférer les interactions médiatisées à celles en tête à tête - considérées comme trop risquées et trop exigeantes.

Ce livre captivant a eu un grand retentissement aux États-Unis, car il montre, preuves à l’appui, comment nous nous coupons de ce qui est au fondement de toute relation humaine : l’altérité et sa part d’imprévisibilité, de risques et de plaisirs, à jamais inaccessibles à des systèmes informatiques.



JPEG - 13.8 ko

Virginie Riva
Converties
Paris : Seuil, 2015

Elles s’appelaient Delphine, Cécile, Sabine, Irène… Elles ont maintenant pour prénom Assia, Itjhiad, Chayma, Naima… Loin des fantasmes et des discours lénifiants, cette première enquête de terrain part à la rencontre de onze femmes converties à l’islam. Surprise : bien que parties prenantes d’un mouvement collectif, ces converties ont des motivations et des itinéraires irréductiblement personnels.

Comment survient le premier contact avec l’islam ? Quel parcours, intime et public, dessine la conversion ? Comment réagissent les familles ? Quel rapport les autorités musulmanes entretiennent-elles avec leurs converties ? Au-delà de sa passionnante galerie de portraits, et des anecdotes saisissantes qui la jalonnent, Virginie Riva interroge le témoignage de ses interlocutrices, en dégage les implications et les contradictions. Elle met en relief les difficultés rencontrées dans le processus religieux et social de la conversion, et dans leur nouveau quotidien de femmes musulmanes. Elle aborde les différents aspects de leur cheminement et montre des profils étonnamment variés, loin des idées reçues que favorise une actualité dont on ne retient plus, hélas, que la dérive djihadiste.



JPEG - 21.1 ko

Philippe Liébert
Quand la relation parentale est rompue : dysparentalité extrême et projets de vie pour l’enfant
Paris : Dunod, 2015

Si la loi reconnaît la notion de placement long et définitif, celui-ci est en fait complètement absent des pratiques de l’aide sociale à l’enfance. Pourtant, un certain nombre d’enfants placés souvent avant l’âge de 3 ans ne pourront jamais retourner vivre avec leurs parents ; et cela malgré toute l’aide qui a pu leur être apportée.

Ces enfants sont confrontés à ce que l’on peut appeler des situations de « dysparentalité extrême », c’est-à-dire des défaillances parentales gravissimes très souvent à l’origine de traumatismes psychoaffectifs importants. Dans ces situations se pose la question du « maintien du lien » et du type de projet que l’on peut faire pour l’enfant :

  • comment aider l’enfant qui ne voit plus ses parents à bien grandir et se développer ?
  • quelle famille de suppléance proposer et comment aider l’enfant à concilier sa double appartenance familiale ?

Cet ouvrage, qui s’appuie sur les pratiques québécoises et anglaises, apporte des éléments d’appréciation permettant de structurer la réflexion autour des notions de projet de vie et d’intérêt de l’enfant.



JPEG - 17.4 ko

Bernardo Secchi
La ville des riches et la ville des pauvres : urbanisme et inégalités
Genève : MètisPresses, 2014

Le creusement des inégalités sociales est un des défis majeurs du 21e siècle. En saisir les causes réclame toutefois de dépasser la seule grille d’analyse économique et d’appréhender ce creusement dans le lieu de son inscription la plus concrète : la ville. Considérée de tout temps comme l’espace de l’intégration sociale et culturelle, la ville a également été, tout au long de son histoire, le théâtre de stratégies de distinction de plus en plus complexes. Ces stratégies impriment aujourd’hui leurs marques au cœur de l’espace urbain. De sociales, les inégalités deviennent spatiales. Réflexion sur les mutations récentes de la ville et propositions.



JPEG - 16.3 ko

Stéphanie Arc
Identités lesbiennes : en finir avec les idées reçues
Paris : Le Cavalier Bleu, 2015

« Les lesbiennes sont des garçons manqués », « Elles sont féministes », « Entre femmes, ce n’est pas vraiment du sexe », « Elles font fantasmer les hommes », « Elles sont lesbiennes parce qu’elles n’ont pas trouvé le bon »… Les idées reçues ne manquent pas, produit de l’imaginaire social qui dessine d’elles un portrait caricatural, reflet du trouble qu’elles suscitent en transgressant les normes sociales.

Dépassant notamment le cliché de la « camionneuse », Stéphanie Arc montre dans cet ouvrage que les identités lesbiennes, loin de se conformer à cette image réductrice et dépréciative, sont au contraire plurielles, parfois inattendues, et infiniment variées.



JPEG - 24.2 ko

Cikuru Batumike
Noirs de Suisse
Nice : Les Editions Ovadia

Ils sont Noirs. Ils vivent en Suisse. Ils se distinguent, les uns des autres, par leur provenance géographique et, forcément, socioculturelle ; ils sont différents par leur niveau de formation, leur statut professionnel ou marital et leurs traits de caractère. Ils ne partagent pas le même schéma d’intégration, une fois en Suisse. Ils n’optent pas pour les mêmes démarches quant à leurs perspectives d’avenir. Leur fibre identitaire et leurs croyances jouent un rôle déterminant dans leur parcours d’exil. Les Noirs font partie des 23 % d’étrangers qui peuplent une Suisse de huit millions d’habitants. Ils connaissent les mêmes conditions d’existence influée, en grande partie, par une perception que toute société a de ses étrangers. La couleur de peau demeure un des éléments essentiels sur lequel se fonde cette perception. « Noirs en Suisse » essaie d’en cerner les contours.



JPEG - 18.4 ko

Stéphanie Y. Fischer
Coupable d’être victime
Lausanne : Favre, 2014

Stéphanie Y. Fischer fait partie de ces enfants dont la vie a été fracassée par des adultes : elle a été traitée durant plusieurs années comme un objet sexuel.

Un « drame salvateur » mettra un terme à son silence : le syndrome de stress post-traumatique qui, à 30 ans, lui fait prendre 45 kilos et connaître des angoisses indicibles.

Avoir à payer son passé dans un tourbillon de souffrances va la pousser à la révolte : « Il est inacceptable que des victimes se retrouvent réduites au silence, seules à porter leurs fardeaux, lorsqu’elles ne finissent pas coupables d’avoir été abusées ! »

Ce que nul ne veut entendre, Stéphanie Y. Fischer l’a finalement dévoilé. Elle prend le risque de se confronter à ceux qui préféreraient qu’elle se taise. Nier ou minimiser la gravité des actes subis c’est comme assener un deuxième coup, pire encore que le premier !

Cependant, l’auteur insiste : son histoire ne se réduit pas à la maltraitance sexuelle. Ce n’est qu’une partie de tout ce qui la détermine. Combative, elle s’accroche aux victoires qu’elle a remportées sur son passé.

Afin de donner le plus beau sens possible à son parcours, elle souhaite que son témoignage aide l’entourage des victimes à reconnaître la douleur de celles-ci.



JPEG - 18.5 ko

Daniel Dufour
Le tumulte amoureux : les effets de la blessure d’abandon sur le couple
Montréal : Editions de l’Homme, 2014

Pourquoi des couples semblent-ils prédestinés à vivre dans le tumulte ? La réponse à cette question est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. Depuis l’enfance, certaines personnes portent incons-ciemment en elles une blessure d’abandon. L’adulte abandonnique possède souvent l’intime conviction qu’il ne mérite pas d’être aimé. Cette croyance entraîne de multiples réactions spontanées et automatiques qui peuvent miner le bonheur conjugal. Illustrant son propos de confidences reçues de ses patients, le Dr Dufour nous montre à quel point l’expression de puissantes émotions retenues depuis l’enfance est indispensable pour quiconque souhaite aimer véritablement. Grâce à des pistes de réflexion et des exercices simples, il nous ramène au cœur de nous-mêmes, là où réside la clé d’une vie amoureuse authentique et sereine.



JPEG - 21.2 ko

Marine Halleguen et Serge Mori
L’adolescent délinquant ou la fureur de dire : approche narrative de la résilience
Paris : L’Harmattan, 2015

Les auteurs nous transmettent avec passion leur expérience concernant la pratique clinique auprès d’adolescents en grandes difficultés psychosociales rencontrés au sein de l’Association pour la Réadaptation Sociale. Intéressés par les récits de vie, les auteurs vous sensibiliseront à la fonction libératrice, à la fonction de résilience qu’apporte la narration de soi.

Cet ouvrage s’adresse à tous ceux - professionnels et non professionnels - qui s’intéressent aux récits de vie, aux thérapies narratives, à la résilience et à la rencontre avec la population adolescente placée par l’Aide sociale à l’enfance et la Protection judiciaire de la jeunesse.



Sélection effectuée parLoïc Diacon, Infothèque de la HETS Genève

Site internet Infothèque

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Focale sur les artistes en situation de handicap
Lundi 18.11.2019
Par Teresa Maranzano
Depuis dix ans, un programme s’engage pour les artistes suisses en situation de handicap. Il accompagne une trentaine de créateur·trice·s, organise des expositions pour les faire découvrir au public et défend leurs droits d’auteurs.