Go Top

Journée «Comment les dispositifs sont-ils actifs?»

Mercredi 09.10.2019
  • Date et horaire : mercredi 9 octobre 2019, 9h00 - 16h30
  • Lieu : Lausanne, Haute Ecole de travail social·EESP, chemin des Abeilles 14
  • Prix: entre 50 et 90 francs selon statut
  • Inscription par mail a jusqu’au 1er octobre

«Connaître, agir, créer et transformer avec les dispositifs. Atelier critique et d’échange d'expériences» : c’est le thème de cette journée d’étude et d’atelier.

Cet atelier critique et d’échanges d’expériences sera animé par Vinciane Despret, philosophe, psychologue et éthologue, Université de Liège, Claude de Jonckheere, philosophe, professeur honoraire de travail social, et Alain Kaufmann, sociologue et biologiste, Université de Lausanne. Il sera centré sur divers dispositifs rencontrés dans l’activité : dispositifs d’enquête, de soin, de formation, de création, de participation, etc.


Le matin : présentations

  • Vinciane Despret: «Inquiéter les routines»
  • Claude de Jonckheere : «Dispositifs et création»
  • Alain Kaufmann: «Enquêter et agir dans la santé « personnalisée » ou comment agencer le moléculaire et le psycho-social»


L’après-midi : ateliers

  • Les participant.e.s sont invité.e.s à mettre en discussion les divers dispositifs qu’elles ou ils rencontrent et mettent en œuvre dans leur pratique. Pour ce faire, celles et ceux qui le souhaitent décrivent brièvement leur dispositif (cf canevas ci-dessous) qui servira de base à la discussion dans l’atelier. Ce document est à retourner jusqu’au 15 septembre 2019, par e-mail, à


La journée est organisée par le ColLaboratoire de l’UNIL, Unité de recherche-action et collaborative, et l’association Transats, Transformation et analyse de l’intervention en travail social, en collaboration avec le GRAA, Groupe romand d’analyse de l’activité.


Programme, inscription et canevas

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?