Go Top

Première journée valaisanne de l'animation socioculturelle

Jeudi 04.04.2019
  • Date et horaire : 4 avril 2019, 8h30 à 16h30
  • Lieu : Sierre, HETS
  • Coût : 45 fr. buffet inclus
  • Inscription en ligne jusqu'au 29 mars
  • Journée bilingue français/allemand

Cette première journée cantonale a pour thème «L'animation socioculturelle valaisanne, MédiaCtrice et engagée».

ASC HETS VSLa rencontre est organisée conjointement par la Haute Ecole de Travail Social de la HES-SO Valais Wallis, le Secteur A de l'AVALTS et la Jugendarbeitsstelle Oberwallis (JAST OW). Elle va rassembler pour la première fois toutes les personnes occupant une fonction en animation socioculturelle dans le Haut et le Bas du canton.

Par sa créativité et son ouverture, l’animation socioculturelle peut faciliter les transitions sociétales qui se jouent actuellement. Que les citoyennes et citoyens soient institutionnalisés ou issus de la société civile, par la mobilisation citoyenne l’animation socioculturelle promeut l’autodétermination et le protagonisme. Comment s’y prend-elle ? Quels outils mobilise-t-elle pour y parvenir ? Quels sont les moyens attribués par les financeurs ?

L’objectif de la journée est de partager, réseauter, discuter et réfléchir autour de la re-définition de la profession en Valais. Elle s’adresse à toutes les personnes occupant une fonction en animation socioculturelle dans le canton et aux décideurs.

Avec la participation de Lucie Kniel Fux, Aline Blanchard et Monika Ceppi pour les trois entités organisatrices, les professeur·e·s Nicole Fumeaux et Fabian Lenggenhager, des étudiantes coachées en improvisation théâtrale par Bénédicte Dubuis, un «Café du coin», des ateliers, une Place du village…

En savoir plus

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Le transhumanisme: dire adieu au corps?
Lundi 18.03.2019
Par Marc Atallah
Les discours transhumanistes prônent l’amélioration du corps humain en corrigeant ses limites. Cette idéologie, creuset du narcissisme contemporain, semble éloigner l’homme du monde réel. En fait, magnifie-t-elle ou déteste-t-elle les corps ?