Go Top

Journée genevoise d’addictologie 2019

Jeudi 21.03.2019
  • Date et horaire : jeudi 21 mars 2019 
de 9h00 à 16h00
  • Lieu : Genève, Fondation Louis Jeantet
  • Coût : 120 fr., étudiant·e·s et AVS : 50 fr.
  • Inscription en ligne jusqu’au 20 mars

Addictologie 2019

Les HUG annoncent la 23e journée genevoise d’addictologie sur le thème «Anciennes substances, nouveaux usages».

De la crise des opioïdes en passant par le « blanchiment » du cannabis, des conduites dopantes dans le sport aux conduites sexuelles induites par les drogues de synthèse, cette journée va étudier l’évolution des représentations sur les substances psychotropes et les comportements addictifs.


Programme

Fil rouge de la journée : Jean-François Briefer

  • 9h00 Mot de bienvenue. Par 
Prof Daniele Zullino, Service d’addictologie, HUG
  • 9h15 Dr Chanvre et Mr Cannabis : de l’antiquité à nos jours
. Par Dre Rita Annoni Manghi, Service d’addictologie, HUG
  • 9h55 « La crise des opioïdes aux Etats-Unis ou quand le mieux devient l’ennemi du bien ». Par M. Etienne Maffli, Addiction Suisse
  • 10h30 Pause avec démonstration de cuisine moléculaire. Par Mme Isabelle Girod, Service d’addictologie, HUG
  • 11h15 Le dopage et la conduite dopante: refus catégorique, libéralisation ou... ?
 Par Prof Bengt Kayser, Faculté de biologie et de médecine, UNIL
  • 12h Déjeuner
  • 14h Drogue de synthèse : addiction et sexualité. Par 
Dr Laurent Karila, Centre d'enseignement, de recherche et de traitement des addictions, Hôpital universitaire Paul Brousse, Villejuif, France.
  • 16h Fin de la journée

Journée de formation reconnue comme 6 heures de formation continue par la SSPP et le Schwerpunkt en addictologie.

Programme et inscription

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Le transhumanisme: dire adieu au corps?
Lundi 18.03.2019
Par Marc Atallah
Les discours transhumanistes prônent l’amélioration du corps humain en corrigeant ses limites. Cette idéologie, creuset du narcissisme contemporain, semble éloigner l’homme du monde réel. En fait, magnifie-t-elle ou déteste-t-elle les corps ?