Go Top

Conférence de Tobie Nathan sur la radicalisation des jeunes

Mercredi 30.01.2019
  • Date et horaire : mercredi 30 janvier 2019, de 18h30 à 20h30
  • Lieu : Lausanne, Casino de Montbenon, Salle des fêtes
  • Prix: Fr. 40.-, tarif réduit Fr. 20.-
  • Inscription jusqu’au 12 janvier 2019 en ligne

Appartenances

L’Association Appartenances annonce la conférence de Tobie Nathan : «Radicalisation des jeunes gens, formes actuelles de la guerre des dieux».

La conférence. Une tentative de comprendre au plus près les dynamiques qui font passer, en quelques semaines ou quelques mois, de l’ignorance d’un délinquant de cité fumeur de shit à l’expertise d’un philosophe des hadiths; de la naïveté d’une gamine, coquette des beaux quartiers, à cette voilée belliqueuse en quête d’un mari à kalach; de l’innocence d’un jeune lycéen studieux à l’engagement d’un djihadiste en route pour les zones de combat en Syrie.

L’histoire des radicalisations n’est pas celle des « natures ». Elle est faite de métamorphoses, de moments d’immobilité interdite et d’ivresses soudaines à l’idée des lendemains. Et plus on côtoie ces jeunes gens, plus on soupçonne l’existence de véritables dynamiques mythologiques, comme si les dieux continuaient à « travailler » les humains à leur insu, poursuivant dans l’ombre une guerre sans fin.

Le conférencier. Tobie Nathan, Docteur en Psychologie, Docteur d’Etat en Lettres et Sciences Humaines, a enseigné la psychologie clinique et pathologique. Il est aujourd’hui professeur émérite à l’Université Paris 8. Auteur de plus de 200 articles dans des revues spécialisées et de 26 volumes sur la psychanalyse et l’ethnopsychiatrie, il a également été diplomate.

Public visé. Professionnel-le-s de la santé psychique mais aussi toute personne concernée par la thématique.


Programme et inscription

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Des jeunes migrants face à un double défi
Lundi 14.01.2019
Par Guadalupe De Iudicibus
Les femmes migrantes victimes de violence conjugale peinent à renouveler leurs titres de séjour après dissolution familiale. La situation juridique et sociale de leurs enfants non-européens devenus majeurs est alors d’une rare complexité.