VD / Après les EMS et les CMS, les SAMS...

lundi 16 juillet 2012

Dans le canton de Vaud, les Structures d’accompagnement médico-sociales, SAMS, regrouperont désormais l’organisation des courts-séjours en EMS, des logements protégés et de l’accueil temporaire des personnes âgées.

JPEG - 21.2 ko

Le canton de Vaud connaît un taux de personnes âgées vivant en EMS parmi les plus bas de Suisse : 54,6 lits d’EMS pour 1000 habitants alors que la moyenne suisse est de 66,5 lits. A côté des soins à domicile, les alternatives à l’hébergement en EMS (courts-séjours, logements protégés et accueil temporaire) ont désormais une nouvelle appellation et une identité visuelle commune : « Structures d’accompagnement médico-social » ou SAMS.

Lexique et état des lieux

Le court séjour permet à des personnes vivant à domicile de passer au maximum 30 jours en EMS afin de faciliter une sortie d’hospitalisation ou d’offrir un répit à des proches aidants. Afin que cette offre soit financièrement accessible, l’usager paie 60 francs par jour et le solde du coût est assumé par l’Etat, hormis la contribution de l’assureur aux coûts des soins. Entre 2007 et 2012, le canton a augmenté son engagement de 8.7 à 9.8 millions. En 2011, plus de 3500 personnes ont recouru au court séjour. De plus, depuis l’an dernier, le canton reconnaît une prestation unique en Suisse romande : le court séjour pour patients souffrant d’affection psychiatrique. Le projet pilote ayant donné des résultats positifs, le Département de la Santé et de l’action sociale (DSAS) a choisi de pérenniser cette structure. Télécharger la présentation (quatre dias).

Dans le domaine du logement protégé, le DSAS passe des conventions avec les exploitants dont les logements remplissent les critères architecturaux, qui comprennent un dispositif d’encadrement sécuritaire (référente de maison), un espace communautaire et la constitution d’une commission d’admission. Des aides financières sous conditions de ressources sont allouées aux locataires qui en ont besoin. A ce jour, 12 conventions existent et chaque année 5 de plus sont conclues. Le canton a mené pour la première fois une enquête de satisfaction qui a donné des résultats très positifs : 93% des locataires jugent leur habitat « excellent » ou « bon » et 90% d’entre eux recommanderaient ce type de lieu de vie. Télécharger la présentation (dix dias).

L’accueil temporaire concerne des personnes à domicile fragilisées, souffrant de troubles fonctionnels ou cognitifs, ainsi que d’isolement. Le canton compte 70 lieux offrant ce type de prise en charge encadré par des professionnels, qui accorde ainsi un répit aux proches (une ou plusieurs fois par semaine). Depuis 2007, plus de 140 nouvelles places ont été ouvertes. Afin de gérer cette croissance, le cadre de prise en charge a été renouvelé en accord avec les partenaires concernés. Les anciennes unités d’accueil temporaire (UAT) cèdent désormais la place aux centres d’accueil temporaire (CAT). Les CAT fournissent des prestations mieux ciblées au profil des usagers, avec un encadrement adapté et un financement simplifié. Pour les usagers, le coût journalier (hors repas) se situe entre 5 et 15 francs par jour selon l’intensité de l’aide apportée. L’engagement de l’Etat est passé de 7 millions en 2007 à 10 millions en 2012. Télécharger la présentation (six dias).

Source : DSAS, Vaud.



Toutes les actualités du site

A suivre

Les réseaux de REISO

Découvrir les 330 spécialistes du réseau des auteur·e·s de REISO

Soutenir la revue et rejoindre le réseau des abonné·e·s

Rejoindre la revue REISO sur