La très fictive impartialité des experts de l’AI

lundi 11 avril 2011

L’expertise médicale, sous sa forme privée ou institutionnelle, sert à déterminer si une personne malade remplit les conditions légales du droit à une prestation. Malheureusement, l’impartialité des experts est sujette à caution dès lors qu’ils sont payés par des assureurs dont l’intérêt est de refuser les prestations. Au surplus, l’expérience quotidienne démontre que les experts instruisent à charge, souvent brutalement, n’hésitant à user ni de grossièreté ni de contradictions.

« Ce mourant est en pleine forme ». ©Claire Brétécher, 1972

Les Services médicaux régionaux (SMR), qui évaluent les conditions médicales du droit aux prestations de l’assurance invalidité, ont été instaurés en 2004 afin de développer une expertise en droit des assurances sociales, les médecins ordinaires étant soupçonnés de ne pas pouvoir juger si une maladie empêche une personne de gagner sa vie. Bien sûr, la loi dit à voix haute que les SMR sont indépendants dans l’évaluation médicale du cas [1], mais, ailleurs, elle murmure aussi que la Confédération édicte des directives générales en matière médicale à leur intention [2]. Au demeurant, le Tribunal cantonal des assurances sociales du canton de Genève (TCAS) a estimé, dans un cas particulier il y a deux ans, que le SMR, n’était « pas indépendant et neutre » Arrêt du TCAS du 28.10.2008.. Dès lors, comment un simple particulier ne douterait-il pas de l’indépendance légale du SMR qui le renvoie souffrant au labeur ?

Des expertises à 9000 francs l’unité

Employé ou mandaté pour effectuer une expertise, l’expert est juridiquement soumis à un devoir de diligence et de fidélité envers celui qui lui confie la conduite de l’expertise. Il doit en sauvegarder les intérêts, lesquels ne concordent évidement pas avec ceux des assurés à obtenir une prestation.

Du temps où la déontologie régnait sur le monde de l’expertise, il était mal vu qu’un médecin dépendît de ses mandats d’experts pour une part substantielle de son revenu : il attirait ainsi sur lui le soupçon de ne pas être indépendant de la main qui le nourrissait. Au demeurant, le code de déontologie de la FMH précise en son article 33 que les médecins au service d’un mandant doivent être conscients du conflit d’intérêt qui peut exister entre la personne examinée et la personne qui donne le mandat. Cependant la loi, qui comme chacun sait prime sur la déontologie, a balayé ce scrupule d’un autre âge, banalisant le cumul, au profit d’un seul élu, d’expertises juteuses à 9’000 francs l’unité [3] et, par là-même, le risque de soumission des experts aux buts poursuivis par leurs commanditaires : épargner leurs deniers en certifiant que le malade est apte au service.

Les conditions de la neutralité professionnelle de l’expert, de sa reconnaissable honnêteté ne sont nullement assurées par la loi et c’est regrettable. Dans un monde judiciaire où l’on ne saurait être l’employeur de son juge ou le créancier de son témoin, au nom de quel dogme confie-t-on des expertises, pouvant dénier sa survie économique à un malade, aux commis de la partie la plus puissante ?

La plainte du médecin malveillant

Pour se convaincre du besoin pécuniaire qu’a l’expert d’être le bon élève de son mécène, nul besoin de rechercher des rumeurs douteuses colportées par des confrères jaloux ou des abuseurs démasqués. C’est dans une littérature de haute tenue morale – un arrêt du Tribunal fédéral [4] – qu’un expert désinhibé expose sa situation de dépendance et revendique le droit constitutionnel de continuer à gagner sa vie au moyen de ses expertises, fussent-elles malveillantes. Psychiatre exploitant à Genève une clinique spécialisée en expertises, le Dr X a été sanctionné d’un avertissement pour avoir manqué de soin et de rigueur dans l’établissement de ses expertises, pour avoir utilisé des termes inutilement blessants à l’égard des personnes examinées et ne pas leur avoir expliqué avec la clarté requise son rôle d’expert. Le jugement cantonal de 1ère instance ayant été transmis pour information au Tribunal cantonal des assurances sociales (TCAS), le Dr X, loin de remettre ses méthodes en question, s’est plaint auprès du Tribunal fédéral de ce que cette transmission était de nature à sérieusement compromettre son avenir économique, car elle risquait d’amener le TCAS à ne plus lui confier des mandats d’expertise au vu de la sanction prononcée contre lui.

Sous le manteau circulent des listes d’experts inadéquats, grossiers et inquisiteurs ; des expertises anonymisées se promènent exhibant de honteux copier-coller ; des médecins traitants s’étranglent de voir une expertise qualifier d’alcoolique un patient abstinent ; des expertisés s’insurgent d’être interrogés sur l’origine de leur patronyme et sur la durée de leur permis de séjour, lorsqu’ils souffrent d’un burn-out.

Pour le moment, ces victimes de la fiction d’impartialité sont encore isolées…

Shirin Hatam, juriste chez Pro Mente Sana Suisse romande, article paru dans Le Temps du 17.02.2011

Proposer un commentaire à cet article.


Extrait de l’album « Les états d’âme de Cellulite ».
- Si tu dis qu’il est bien portant, tu auras une superbe récompense…
- OK !
- Et quand je dis « superbe », je pèse mon mot.
- Ce mourant est en pleine forme !
- Et Youpie !
- Quoi ?!

Découvrez la suite dans l’album « Les états d’âme de Cellulite », Claire Brétécher, Dargaud éditeur, 1972.


[1] art 59 al 2bis LAI

[2] art 64a al. 1 let c LAI

[3] Chiffre fourni par Pascal Couchepin en 2006.

[4] 2C_777/2009


Le fil de l’actu

27 novembre - Publication / Rapport d’observation de l’asile 2014

Vient de paraître : 7e rapport d’observation Observatoire romand du droit d’asile et des étrangers (ODAE), Genève, 10 pages avec nombreux hyperliens aux études de cas et aux dossiers thématiques. Migration et asile : entre avancées et (...)

27 novembre - Livre / « Post Tenebras Roms », d’Eric Roset

Vient de paraître : Post Tenebras Roms Images de Roms migrants de passage à Genève (2004-2014), Eric Roset, textes de Sylvain Thévoz, Stéphane Herzog, Dina Bazarbachi, Editions d’en bas, Lausanne, 2014, 224 pages dont 160 pages de photos, (...)

26 novembre - Livre / « Pour en finir avec les malheurs de Sophie », I. Messer et M. Scholder

Vient de paraître : Pour en finir avec les malheurs de Sophie Comment sortir une jeune femme atteinte d’autisme des mesures de contrainte. Isabel Messer, Mireille Scholder (dir.), Editions Alphil, Neuchâtel, 2014, 168 pages. Il s’agit (...)

25 novembre - Inscription GE / Colloque « Travail social et approche systémique »

9e colloque francophone « Travail social et approche systémique » co-organisé par la Haute école de travail social de Genève et la Haute école de travail social et de la santé | EESP | Lausanne : Ouvrir le champ des possibles Intervention (...)

24 novembre - Publication / La Convention des droits humains expliquée aux jeunes

Vient de paraître : La Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) et son importance pour la Suisse. Une introduction destinée aux jeunes Centre suisse de compétence pour les droits humains et Centre de formation aux droits (...)